HISTOIRE D'UNE SCULPTURE

Nouveau produit

Film en deux parties qui raconte l'histoire d'une sculpture d'Ipoustéguy, la première partie tournée en Italie, décrit la genèse, la création et la fonte en bronze de l'oeuvre. La deuxième partie est l'histoire de son voyage jusqu'à son lieu d'exposition Berlin.

Plus de détails

11,90 € TTC

Fiche technique

Réalisation Françoise Prenant et Jacques Kebadian
Auteur Françoise Prenant et Jacques Kebadian
Durée 72 mn
Version Française
Image Couleur
Son Dolby 2.2
Origine France

En savoir plus

Première partie (40mn):

Deux hivers en Italie...la création et la fonte du bronze de l'oeuvre monumentale "L'homme construit sa ville", réalisé pour la ville de Berlin. " A la magie de son art, Ipoustéguy a substitué une sorte de conversation contenue, pudique, instructive"

Deuxième partie (32 mn):

Trans europe...."La sculpture envahi l'âme et envahit l'occident, on la voit traverser les fleuves-autoroutes pour s'échoer sur une plage "année 80" en vérité l'agora berlinoise...ou elle feint aujourd'hui encore de rester calme sous les regards des enfants, des animaux et des hommes"  Michel BUTEL

Jean Robert Ipoustéguy est né à Dun la Meuse en 1920 et décédé à Doulcon en 2006. Elève de Robert Lesbounit, il passe de la peinture à la sculpture en 1950. Ipoustéguy, morcelle, fragmente, casse, déploie l'espace et ses failles, ses lumières et ses ombres. Au milieu des années 60, il devient un artiste de renommée mondiale: "La terre" est à Washington, Ecbatane" à beaubourg et Reno (USA), "La femme au Bain" à boston, "L'Homme passant la porte" à Darmstadt (Allemagne), "La Mort du père" est acheté par la National Galery of Victoria à Melbourne (Australie) en 1968, sulpture la plus chère au monde pour l'époque. En 1979, "LHomme construit sa ville", déposé à Berlin, sera la plus vaste et monumentale "oeuvre sculptée" produite en occident au siècle dernier.

Françoise Prenant: réalisatrice, monteuse, actrice, a travaillé aussi avec Romain Goupil et Raymond Depardon.

Jacques Kebadian: né en France de parents arméniens, assistant de Robert Bresson, de 1965 à 1970, se tourne vers le cinéma documentaire, s'interesse à l'histoire des peuples , déracinés ou exilés...